COMITE DE DEFENSE DES SERRES ET DU JARDIN BOTANIQUE DE LIEGE ASBL

HOME

HISTORIQUE

AGENDA

ACCES

INFO

CONTACT

ARCHIVES

LIENS


 

Avant-Propos :
la naissance d'un cimetière

Un espace vert privilégié

Plantes et symbolique funéraire

Sépultures

Historique des Sociétés

Notices biographiques

Quel avenir ?

Remerciements

Bibliographie

Liens

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"ROBERMONT"
J. Beaujean - 2000



MARCELLIS François (1824-1901)

  

  • Liège, 30/9/1824 - Liège 10/6/1901.
  • Célibataire. Fils de Charles Henri (1798-1864), membre de la Chambre des représentants, et de Joséphine Regnier (1798-1860).
  • Industriel et amateur d'horticulture.

 

Pendant un certain temps, nous avons cherché à localiser la sépulture de ce personnage, pensant même qu'elle avait été reprise, ne nous imaginant pas que nous passions devant à chaque visite au cimetière ; et pour cause, F. Marcellis est inhumé dans le monument le plus énigmatique de la nécropole, la "mystérieuse pyramide de Robermont". Ce monument, de par son aspect très particulier et sa taille imposante, attire inévitablement le regard, intrigue le visiteur, car aucune inscription, pas un signe distinctif, aucune mention de l'architecte ni la marque du tailleur de pierres ne figurent sur ce caveau. Des diverses hypothèses émises, parfois farfelues, nous en retiendrons deux. Un jeune et riche étudiant égyptien, décédé à Liège y aurait été inhumé. L'autre hypothèse serait plus symbolique, les trois personnes reposant dans ce caveau, prévu au départ pour 8 corps, auraient appartenu à la Franc- maçonnerie ; pourtant aucun des symboles généralement gravés sur les monuments de frères maçons ne se retrouvent ici (équerre, compas, fil à plomb ou branche d'acacia). Nous laisserons à d'autres le soin d'élucider l'énigme, nous contentant de résumer les faits vérifiés. Le caveau fut érigé en 1876, à la demande d'Edouard Delpier, fabricant d'alcool, décédé à 68 ans en 1884, pour lui-même et pour son frère Lambert, rentier, décédé en 1866 âgé de 62 ans (inhumé provisoirement à Seraing). François Marcellis, cousin, du côté maternel, des frères Delpier, y fut inhumé à son tour en 1901. Les trois occupants de la sépulture avaient donc plusieurs points en commun, leurs opinions philosophiques et politiques et leur lien de parenté. En 1903, les familles Marcellis et Delpier introduisirent une demande auprès de l'administration communale afin de faire placer, au sommet de la pyramide, une croix de 70 cm de haut. Malgré l'acceptation de la requête, la croix ne fut jamais installée, et les trois célibataires libéraux pourront continuer à reposer sous leur mystérieuse pyramide, ce qui intriguera sans doute encore longtemps les visiteurs de la nécropole liégeoise.

  

 


ROBERMONT Accueil Haut de page




HOME

HISTORIQUE

AGENDA

ACCES

INFO

CONTACT

ARCHIVES

LIENS